Bannière Ardèche des Garrigues

La mobilité douce

Mobilité et pollution

mobilité douce

L’écomobilité

L’écomobilité ou la mobilité durable est une notion apparue avec les crises de l’énergie et le réchauffement climatique, dans le sillage des questions de développement durable, pour désigner la conception, la mise en place et la gestion de modes de transport jugés moins nuisibles à l’environnement, sûrs et sobres, en particulier à moindre contribution aux émissions de gaz à effet de serre.

L’écomobilité exige à une politique d’aménagement et de gestion du territoire et de la ville qui favorise une mobilité pratique, peu polluante et respectueuse de l’environnement, ainsi que du cadre de vie.

L’écomobilité doit entrer dès maintenant dans notre quotidien et passer d’un savoir-faire à un savoir-être. Notre santé, notre économie, notre bien-être en dépendent et les solutions existent (ADEME).

La promotion des mobilités douces requièrent
* de lever d’importants freins psychologiques en les sécurisant sur les routes et en les rendant plus attractives par la promotion, par exemple, de l’Indemnité Kilométrique Vélo (IKV).
* d’adapter le transport de marchandises afin de le rendre plus vertueux : développer les circuits courts, promouvoir la motorisation hydrogène ou électrique selon les cas de figures, ...


L’écomobilité

mobilité douce

En France :
* en ville, 15 % des déplacements en voiture sont inférieurs à 500 m
* en ville, 50 % des déplacements en voiture sont inférieurs à 3 km

En France les transports de passagers et de marchandises comptent pour 30% des émissions de CO2 dont 15,7% incombent à la voiture individuelle, 6.7% aux poids lourds et 5.8% aux véhicules utilitaires.


L’hydrogène

mobilité douce

Des solutions hydrogènes et électriques à base de renouvelables pourraient dans un avenir proches être utilisées dans l’industrie, le chauffage et les transports "lourds". Les solutions "électriques" pourraient être utilisées dans le transport léger urbain et péri-urbain.

Mais d’autres formes de mobilités, plus douces, permettent de préserver les ressources et le climat. Elles permettent aussi d’améliorer la santé physique et le bien-être psychologique en retrouvant le temps de vivre.

Plusieurs types de propulsion sont possibles pour la mobilité douce : * propulsion humaine : vélo, vélo couché, rollers, trottinette, marche ... * propulsions solaire, éolienne, hydrogène pour véhicules légers à 1, 2, 3 ou 4 roues.


Des liens

mobilité douce

- Le guide "Réussir le passage à l’écomobilité" de l’ADEME

- Les solutions de mobilité soutenable du Réseau Action Climat et de la Fondation Hulot

- Collectif Pour la ville à 30 et Association Rue de l’Avenir et Association Rue de l’Avenir

- Association Les boîtes à vélo de l’union des professionnels à vélo

- Les voies vertes et véloroutes de France

- Bien choisir son vélo en fonction de ses besoin sur Veloclic.com

- La mobilité électrique : moto, scooter, vélo, gyropode, trottinette, monoroue, skateboard, overboard